“Entre toi et moi”, petite mésaventure mécanique.

“Entre toi et moi”, petite mésaventure mécanique.

01/06/2018 0 Par Loup

C’est après seulement une semaine de permis, que je suis partie en mai avec ma moitié, dans l’Aveyron (promis, je vous raconte ça bientôt..).

J’y ai passé une superbe semaine, mais sur le chemin du retour, un bruit étrange provenant de la moto a attiré mon attention… ?

Je remarque alors que passé 4 et 6 000 tours, un bruit métallique, comme si l’on secouait des pièces dans une boîte en métal, s’empare de ma belle.
Nous nous arrêtons en retrait de la route, et nous entreprenons d’inspecter la moto : peut-être un cale-pied mal fixé ? ou une vis dans le carénage…?
Nous laissons finalement tomber, ayant un long trajet devant nous, et reprenons notre route retour sur Bordeaux, optant pour la version “vis dans le carénage”, car nous savions qu’une vis y était tombée quelques jours plus tôt.

De retour dans la Gironde, je reprend ma vie comme si de rien n’était, toujours embêtée par ce bruit de casserole. ?

…Jusqu’au jour où je remarque qu’il se produit dorénavant dès 3 et 5 000 tours.
Inquiète, j’entreprends lors d’un trajet pour Poitiers, d’appuyer au hasard sur différentes parties de la moto pendant que je roule, afin de pouvoir enfin déterminer l’origine de tout ça… Me voilà donc, lancée sur une portion de ligne droite à 130km/h, à appuyer sur le carénage avant gauche en haut, puis en bas, vers l’optique, sur le compteur, vers la selle… mais rien n’y fait !

Dépitée, je m’installe en mode patate sur la moto, mes pieds reposant confortablement sur mes pare-carters, le bras gauche replié, coude sur le réservoir, et main contre le casque, dans une position peu élégante et fidèle du Penseur, un peu comme ca : ?
Toujours concentrée sur la route, mais légèrement perdue dans mes pensées à la recherche d’une solution, je reste ainsi quelques minutes, lorsque quelque chose me dérange… Je fronce les sourcils, et me remet dans une position plus “classique”, à la recherche de ce qui peut bien me perturber. Mais rien, la sensation est partie.
Je me réinstalle alors en position Penseur-patate, et reprend ma réflexion. Mais de nouveau, un sentiment d’inhabituel m’habite, et je reprend la position précédente en grognant.

? Quand soudain.. je comprend ce qu’il se passe.

Voulant tester ma théorie, je pose mon pied gauche sur le pare-carter gauche, et là, plus rien. Je l’enlève et le remet plusieurs fois, et je souris : ca y est, j’ai trouvé ! ?

J’en suis dorénavant certaine : la vibration métallique qui m’accompagne depuis un mois et demi est dû à mon pare-carter !!

Forte de cette découverte, ce n’est pourtant que de retour sur Bordeaux, quelques jours plus tard, que j’en parle à mon compagnon.
Il inspecte alors de nouveau la moto, et le verdict tombe : la vis de mon pare-carter, côté gauche, qui fait la jonction avec la fixation moteur, s’est défaite, et l’entretoise qui solidarisait le tout en a profité pour s’enfuir sur la route. J’espère pour elle que ca valait le coup ! ?

C’est alors que je réalise que je viens de rouler plus de 4 000km avec un pare-carter défectueux, et je blêmis.
Ma tête se remplit de “Et si…?” , pendant que mon homme m’explique que je ne pourrais plus prendre la moto tant que ce ne sera pas réparé, sous peine de prendre le risque de casser la vis DANS la fixation moteur. ?

La moto sera finalement immobilisée moins de 48h, grâce à mon homme et un ami à lui, qui ont eu la gentillesse de me refabriquer une entretoise, en attendant de commander la pièce chez Honda… ?

Une petite mésaventure qui se termine bien, donc, mais dont les conséquences auraient pu être lourdes en cas de pépin…..

Bilan : lorsque vous trouvez un comportement étrange à votre moto, ne lâchez pas, insistez, cela peut être plus sérieux que ce que l’on peut penser ! ?