Motardes, et sens de l’orientation.

Motardes, et sens de l’orientation.

02/09/2018 0 Par Loup

💥 Bonus : mes débuts en tant qu’ouvreuse.

La nuit de samedi à dimanche est courte. Je me réveille d’abord à 04h30, puis de multiples fois, avec quelques instants de conscience, entre deux rêves à base de tir à l’arc et de lancer d’oiseaux explosifs…

Autant vous dire que le repos et moi en ce moment, nous ne sommes pas très “copains”. Et merci mon imagination débordante de toujours innover.

08h10, je me lève pour de bon, totalement embrumée.
Le temps de m’enfiler un chocolat chaud et une tartine de brioche beurrée, et il est déjà l’heure de descendre au garage. J’enfile machinalement mon équipement, les yeux absolument pas en face des trous, et me dirige au radar jusqu’à ma Noireaude après un rapide repérage de la route jusqu’au point de RDV.

09h05, légèrement en retard, je sors de la rocade, vois une autre moto, pilotée par une femme, se diriger vers ma destination, et décide de la suivre. Une bonne idée, vu qu’effectivement elle fera partie de la balade du jour ! 😉
Après quelques présentations et un briefing, le café nous est offert par Edwige, organisatrice et gérante de Toutes En Moto Bordeaux. Elle donne aux nouvelles un brassard rose à enfiler sur le bras gauche, afin de se reconnaître et de ne pas se perdre les unes les autres. Réticente à l’idée d’arborer cette couleur que j’exècre, je prend sur moi, et attache la chose sur mon blouson en râlant. Bah ouais, c’est le matin, faut pas s’attendre à un miracle me concernant… 😒😇

09h45, nous prenons le départ de Villenave-d’Ornon, direction Brantôme, dans le Périgord.
Nous sommes douze motardes, sur toutes sortes de machines, allant d’une 125 à une 1000cm3. Des débutantes avec 1mois d’attestation, aux baroudeuses à plus de 10 ans de permis, cette balade rassemble un peu tous les profils, mais rassemblés dans un esprit de balade calme, sans chrono ou compétition.

Et c’est tant mieux, car ce n’est qu’après avoir croisé 3 fois le panneau d’entrée d’une seule et même agglomération, Artigues, (voir la vidéo Relive), que nous prenons enfin définitivement la route pour Brantôme.
Malheureusement pour nous, les deux GPS du jour ont perdu le sens de l’orientation, et nous ferons une quantité certaine de détours et demi-tours… 😂

Au bout de 2h, nous atteignons finalement la ville de Libourne, située habituellement à 40min de notre point de départ, et prenons définitivement le chemin du Périgord ! 😁

Nous passons Le Pas du Loup, Coutras, les Eglisottes-et-Chalaures, la Roche-Chalais, Ribérac..
Et alors que nous nous re-perdions vers La-Borie-Saint-Astier près de Périgueux, j’aperçois un panneau “Brantôme” pointant tout droit et indiquant 35km. Quelle fut ma surprise en voyant la tête du cortège bifurquer à gauche, et ce, face au panneau..! 😅
Je m’arrête à l’intersection, et fait de grands signes aux autres, leur indiquant de tirer tout droit, et m’avance pour les inciter à me suivre.

Edwige, responsable de la balade, remonte la file et me rejoins en tête, je me décale donc sur la droite pour la laisser reprendre la tête du convoi. Mais elle vient simplement à mon niveau et alors que je veux la laisser passer, je l’entend me proposer d’ouvrir… 😯😅

Surprise, je cafouille quelque chose dans mon casque, et hoche la tête.
Ok, bon, j’ai 4 mois de permis, aucun sens de l’orientation, et je vais donc devoir amener 11 personnes à destination. Sans carte, sans GPS, et sans expérience. 😨
Toutafé….
PAS.DE.PROBLEME. 😎

Passé une micro-seconde de panique, je me remet en tête le chemin, que je connais, et je réalise également que devant, je peux rouler, vraiment. 😍
Je met alors les gaz, et ouvre la route. Lancée, je garde un oeil dans mon rétro, compte les troupes à chaque intersection, et prend le temps d’attendre tout le monde avant de repartir pleins gaz en éclaireur.
Je suis les panneaux “Brantôme”, et ces derniers nous mènent sur des routes assez tournantes, longeant falaises et cours d’eau…

Je vois se dérouler devant moi ce bitume, relativement propre, louvoyant, dans de beaux paysages, et mon côté “motarde” s’emballe. Mon cœur hurle “Gaz! Gaaaaz ! Mais.. ROUUUUULE !” en essayant de couper la liaison avec la raison, qui elle me pousse non seulement à garder mes points, mais surtout à attendre les autres…
Je réussis à me raisonner, et me cale sur un petit 75km/h pépère, prenant plaisir à pointer du doigt les maisons et éléments de paysage un peu étrange que nous croisons, pour les montrer à mes partenaires de roulage du jour. 😊

Nous apercevons finalement le panneau “Brantôme”, et garons les montures sur une grande place, toutes en ligne, formant une belle brochette hétéroclite. Mon compteur affiche 13h, soit 03h15 de route. Je soupire, j’aurais aimé rouler plus longtemps, et un poil plus vite… Mais voir toute l’équipe heureuse d’être arrivée, plaisanter et préparer les affaires pour le pique-nique me met le sourire. Tant pis pour le chrono, chacun son rythme, non?

Organisée, comme toujours, je n’ai évidemment pas prévu mon repas, et pars donc avec deux autres motardes à la recherche d’un sandwich sauvage, que nous trouvons avec peine, avant de rejoindre le reste du groupe sur les pelouses en face du Moulin de Brantôme.
La vue est superbe, nous sommes à l’ombre, avec l’eau à nos pieds, et nous profitons même à plusieurs reprises d’un divertissement très “local”, qui consiste à regarder et encourager des touristes qui à cause d’un changement de niveau d’eau, ont le canoë qui se coince, en équilibre, prêt à basculer… ou pas. 😂😂

Un petit café nous est de nouveau offert par Edwige à 15h20, et c’est sur les coups de 15h55 que je me séparerais du groupe. Des amis habitent dans le coin, autant en profiter pour aller les voir et prolonger la balade…

Je quitterai finalement le secteur à 17h25, direction Bordeaux… Non sans faire un petit détour près d’Angoulême, avant de rejoindre finalement l’autoroute. Choix fait par ma raison et non mon cœur. Mais à ce moment là ma jambe, qui a une vieille blessure capricieuse, a décidé de me faire mal… 😑

A part avoir fait un belle pause sur l’autoroute (là où s’arrête la vidéo Relive) pour dégourdir ma patte, je ne retiendrais de ce bout de voie rapide qu’une petite voiture grise type Clio, conduite par un abruti fini, qui avait décidé de faire une sorte de “course aux dépassements”; roulant lentement devant moi, mais ne supportant pas de se faire doubler…. 😡

Il me re-doublait donc en permanence, à fond de caisse, pour ensuite se traîner sous mon nez… Jusqu’au moment où j’ai décidé de lui mettre plusieurs voitures de distance, en ayant assez de son dangereux petit jeu.

Je me suis donc mise complètement à gauche, légèrement au dessus de la limitation max (110km/h, donc je devais être à 113, 114km/h), et surveille mon dépassement, avec contrôles et tout le package tout du long de la manœuvre. Et heureusement, car je le vois arriver dans mon rétro droit, refusant probablement de me laisser le distancer, et entamer un dépassement, par la droite, lancé à 120 au bas mot. 😨
Il manque évidemment de me percuter en s’insérant à la dernière minute entre le véhicule devant moi, et moi… et en freinant après, bien-sûr.
Je décide alors de rester derrière lui, et de le klaxonner sans interruption, et ce jusqu’à ce qu’il dégage de devant moi et se range tout à droite. 😇

Ce qu’il finira par faire.
Non mais oh! Moi aussi, je peux être très, très con. 😎

J’arrive enfin, sur les coups de 19h30, la jambe douloureuse, mais contente d’avoir pu voir les copains, rencontrer de nouvelles personnes, et surtout d’avoir réussi à me défouler un peu avec ma Noireaude…

Rouler, c’est la vie.