Une histoire.

Une histoire.

05/07/2018 0 Par Loup

Tout a commencé l’été dernier… ✨

Une jeune femme venait de fêter ses 24 ans, ainsi qu’une période d’essai pour un contrat à durée indéterminée dans une grosse entreprise. Nerveuse à l’idée de travailler dans une entreprise démesurément grande, au milieu de centaines de personnes, car victime d’une anxiété sociale et d’une anxiété chronique importantes, elle décida de faire de son mieux pour s’y intégrer.

Une belle opportunité s’offrait à elle, celle d’avoir un nouveau métier, et un revenu (enfin) stable. Chaque jour passant, elle réalisait un peu plus que les nombreuses années de galères qui venaient pour elle de s’écouler, étaient en train de s’éloigner. La poisse qui la caractérisait tant semblait enfin se détacher d’elle, lui permettant enfin d’entre-apercevoir la vie “pour elle”, et non pour les désirs des autres. Cette reconversion, et ce travail, elle se les était trouvés seule. Et bien que frileuse à l’idée de le reconnaître, elle en était fière. ?

Au fur et à mesure que sa période d’essai s’écoulait, elle se rendait compte que cette situation pourrait bien durer, et lui apporter l’occasion folle à ses yeux de pouvoir s’offrir un vieux rêve, qu’elle s’était avec le temps presque interdit : passer son permis moto.

Peu confiante en elle, et restant prudente quand à la validation de sa période d’essai, elle décidait alors de lire tout ce qu’elle pourrait à propos du permis moto, et de la moto à proprement parler. Voyageuse dans le coeur et dans l’âme, mais amarée de force à son port depuis trop longtemps, elle entreprit également de se rêver à travers la pratique de la moto l’opportunité d’enfin pouvoir partir explorer le monde.

N’ayant pas de famille motarde, elle s’attela donc à écumer le contenu web traitant de moto, et de voyages à moto.
Elle passa ainsi l’été entier à se documenter sur les sites dédiés (moto-securite, le repaire des motards..), dévorer les blogs français de voyageurs motards (Les Aventures D’un Motard Bionique, Le Motarologue, Clay Art, Vie de Motard…), et regarder des vidéos de motovloggeurs tels que Mehdiator, Spots moto ironiques, mais aussi de “quotidien motard”, pour se confronter à ce qui l’attendrait sur la route, si un jour elle prenait le guidon.

Et elle prit une décision : si sa période d’essai débouchait sur la signature définitive d’un contrat de travail, elle irait s’inscrire ! ?

Plutôt confiante, mais ayant un petit budget, elle anticipa et mit chaque mois un peu d’argent de côté; et entreprit d’acheter son équipement, pièce par pièce, en calculant pour que tout soit près pour la date buttoir qu’elle s’était fixée.

Le jour où son premier colis arriva, contenant des gants en cuir noir et marrons, elle ne put s’empêcher de retenir un cri de joie. Tout ce qu’elle préparait était en train de se concrétiser, et cette paire de gants était là pour lui murmurer “ça y est, tu t’es lancée..“.
Elle reçut ensuite son blouson en cuir, noir. Cette couleur l’accompagnait depuis des années, c’était presque devenu sa signature : elle était une silhouette ronde mais discrète, et constamment vêtue de noir. Pour les chaussures, elle acheta d’abord des rangers dans un surplus militaire, étant montantes et en cuir, elle se dit que cela irait, et surtout, ne nous le cachons pas, elles étaient moitié-moins chères que des chaussures de moto.
En commençant plus tard ses leçons, elle se rendrait vite compte de l’importance de “vraies” chaussures moto, et s’empressera alors d’en acheter une paire, à l’aspect rangers, et noires, évidemment. Pour le casque, un ami lui prêta un des siens, un HJC, pour ses débuts. Elle fera assez rapidement l’acquisition d’un casque Scorpion Noir et Blanc. Le jean moto viendrait plus tard, en janvier, et seulement après l’accident qu’elle aura en circulation, car elle ne le considérait alors pas aussi important que le reste (et le regrettera une fois sur le bitume…).

Vint le jour J, celui de l’entretien de fin de période d’essai. On était alors au mois d’octobre, et elle eut la joie de signer son contrat définitif. Mais le comportement un peu étrange de sa manager lors de l’entretien la laissera légèrement perplexe.
Aveuglée par la signification de cette signature, elle se laissera vite emporter par l’euphorie, et rangera cette impression dans un coin.
Si tôt sortie de son entreprise, elle appela le soir-même une moto-école qu’elle avait déjà repérée des semaines avant, et prit rendez-vous pour une première évaluation, qui permettrait aux instructeurs de se faire une idée de son niveau, et lui permettrait à elle de définir si ce centre de formation pouvait lui convenir.

Elle opta pour un forfait “soirée”, qui comprenait la possibilité d’avoir des leçons jusqu’à 22h certains soirs, ce qui lui permettrait d’y aller directement après son travail, et choisit le forfait le plus “gros” : 30h. Étant extrêmement maladroite, il n’en fallait pas moins à ses yeux ! ?
L’heure d’évaluation passée, on lui confirma sa décision : au moins 30h seraient nécessaires.

Inscrite depuis quelques semaines déjà sur un réseau social pour motards, le soir de son évaluation, elle eut envie de partager son ressenti, ses envies, ses craintes, avec les personnes qu’elle y avait rencontrées.
Hésitante au moment de lancer la publication, elle se décida finalement à le faire, et les encouragements qu’elle reçut lui furent précieux. ❤️

Elle décida en suivant qu’elle partagerait chacune de ses leçons avec eux, espérant qu’ils pourraient la conseiller et l’aider, mais aussi qu’ils pourraient un jour peut-être rouler ensemble.
Elle prit également la décision qu’une fois son permis en poche et une fois assez d’expérience accumulée, elle partirait sur les routes, faire un tour de France, et aller saluer/remercier tous ceux qu’elle pourrait, car grâce à eux, elle n’était plus seule.
Toutes ces personnes, qu’elle n’avait jamais rencontrées, étaient là à chaque étape, toujours munies d’une bienveillance sans pareille.

Ils lui firent au fur et à mesure de ses récits, des retours très constructifs, l’encourageant à partager avec eux ses écrits, suivant chaque aventure fidèlement… et elle se prit à repenser à ses lectures de l’été. ?

Sa timidité lui disait de ne pas le faire, car elle ne souhaitait en aucun cas se faire remarquer… Mais à force d’encouragements, et elle-même se rappelant n’avoir jamais croisé de récits de permis, pas à pas, de personne ayant partagé la métamorphose motarde, étape par étape, elle finit par sauter le pas, et créa une page dédiée à ses écrits sur le réseau social Facebook

A ses yeux, c’était plus une forme de thérapie de la timidité, qu’un simple “blog”. Elle voulait juste pouvoir se prouver qu’elle pouvait oser partager ses émotions et ses ressentis, et espérait secrètement qu’à travers cet exercice, ceux qui la liraient peut-être trouveraient de leur côté le courage de se lancer dans cette superbe aventure qu’est la moto.

Cours après cours, elle écrivait ses leçons, et alors qu’elle se rendait jusqu’à 6h par semaine sur la piste, ses conditions de travail se dégradèrent.

Elle en vint à craquer nerveusement et physiquement, ne supportant plus ni la pression qui lui était soumise, ni le comportement de ses collègues et managers à son égard.
Arrêtée par le médecin, tantôt à cause du travail, tantôt pour s’être blessée en cours de moto, elle persévérait pourtant à se rendre à chacun de ses rendez-vous à la piste.

Car chaque fois qu’elle enfilait son cuir, elle se sentait revivre.

Et cela finit par s’imposer de soi-même : la moto était son oxygène, le seul “loisir” qu’elle s’accordait, et l’idée même de devoir annuler un cours lui était insupportable.

Elle passa non sans peine son permis, après avoir dû reprendre un forfait de 20h, et eu la joie d’avoir sa monture en même temps que son résultat d’examen de circulation.

Depuis, Loup s’est plongée à corps perdu dans le monde motard, et ne descend plus de sa Noireaude…

– – –

J’ai beaucoup hésité à vous partager cette histoire, mais j’espère que ce petit “étalage de vie” vous permettra de mieux comprendre qui est derrière les “Chroniques Motardes”, et ce qui m’a amenée à me lancer dans cette folle aventure…

Prenez soin de vous, ✌️

Loup