Aventure permis A2, épisode 12 :

06/01/2018 0 Par Loup

 

Épisode 12, épisode 12 … ça commence un peu à tirer en longueur cette histoire, non?

Aujourd’hui, d’après mes calculs, j’ai consommé tout mon forfait… Je vais devoir en reprendre un, parce que je suis pas encore prête… y’a du mieux hein, clairement, mais c’est pas encore ça ! ?

Cet après midi nous avons commencé avec le parcours rapide, évitement par la droite.
Le peu d’appréhension que j’avais a littéralement disparu lorsque j’ai vu que ma monture du jour serait ma chère et tendre 04.. belle cb500f noire, au réservoir recouvert de cuir, qui me porte et supporte sans jamais broncher. Certaines mauvaises langues diront que toutes les cb500 de la moto-école sont les mêmes. Mais c’est faux. 04, c’est “ma” moto. Celle avec laquelle je me sens bien, qui ne me fait jamais défaut quand je penche trop, et qui rattrape mes gestes parfois brusques… Je l’aime, cette bécane ?
Alors bon, faire l’évitement avec ? Pas de problème, bring it on, comme ils disent à l’Ouest (Non, pas chez nous, plus loin, après la grosse flaque là.. ouais voilà, les USA.).

Face à la piste, la main sur la poignée d’accélérateur, je prend une grande inspiration, et je me lance. 1ère, 2nde, 3ème. Droite, gauche, droite, gauche. Demi-tour. Gaz, 2nde, gaz, 3ème. Le voilà, face à moi, ce tas de plots si souvent renversés… tu ne m’auras plus.
Je pose les yeux le plus loin possible, et je le fixe, Lui, mon Destin de Motarde. Je lâche les gaz, je pousse fort à droite, et passe élégamment cette épreuve, pour ensuite doucement, calmement, m’arrêter sagement sur la zone d’arrêt. Ça y est, je maîtrise l’évitement… ?
… c’est beau hein? .. bah en réalité, j’ai fait ça 6/7fois, pis après, retour au shootage de plots. Faudrait pas perdre les bonnes habitudes hein. Diantre.
Mais j’ai appris à me mettre en conditions pour le réussir, et j’en suis fière. Car même si ce n’est pas encore automatique, je commence à toucher du doigt les réflexes qui me manquaient… et bon sang, ça fait plaisir ! ?

La deuxième heure, on change pour le parcours lent “amélioré” de l’autre jour, réparti sur deux pistes. Et malgré quelques ratés, je suis dans l’ensemble bien plus confiante. J’applique ce que j’ai essayé au lent : regarder par delà l’horizon, loin, très loin. Les plots ? M’en fiche, pas important. Mon regard retombe dessus, mais ce n’est plus maintenant que pour me guider et ne plus les toucher. J’ai évidemment encore quelques ratés, mais je sens comme sur le rapide que la progression est là. Et ça, ça n’a pas de prix !

On fait une petite pause, et je vois les autres élèves partir, sans personne pour les remplacer. Je me retrouve seule sur la piste, avec mon moniteur. Apparemment aujourd’hui, la circulation se fera en cours particulier. Je jubile. A mes yeux ce n’est plus un cours, mais une ballade avec une personne d’expérience, et cela me détend.
On prend la route, objectif : bosser les trajectoires en virage. Après m’avoir laissée en tête un certain temps, il passe devant moi, afin que mes yeux le suivent, et la moto avec. Je ne m’en sors pas trop mal, mais malgré mes efforts mes trajectoires restent trop justes et me mettent en danger. Perdue à regarder le paysage (“ooooh des arbres.. c’est joliiii..”), je décroche mon attention de lui, et je vois le bord de la route, entre les arbres et moi, qui se rapproche, au creux d’un virage… la peur me prend, et dans un réflexe que je suis ravie d’avoir eu, je redresse au dernier moment, le souffle coupé, mais la tête froide.

Je viens de manquer de me tuer.

Je fixe à nouveau mon moniteur, qui me fait de grands gestes. Il a du avoir bien peur lui aussi.. Je me confond en excuses à grands renforts de hochements de tête…
La ballade continue, et après une pause pour en parler, on reprend la route, qui se passe bien mieux, car cette expérience m’a montré ce que je savais déjà mais que je n’avais pas intégré : mes yeux, à moto, sont ma vie.
..
Le retour à la moto-école a malgré tout failli se terminer par une belle vautre à l’entrée de la piste, que j’ai habilement évitée grâce à mes nouveaux réflexes… ouf ! ?

Malgré cette peur sur la route, cette journée moto entre dans le top de mes meilleures leçons… Vivement mardi prochain ! ?

 

V à tous, et ne fixez pas les arbres.. Ils n’en valent pas la peine ! ?