Aventure permis A2, épisode 14 :

13/01/2018 0 Par Loup

 

Cet après midi a été assez éprouvant, et je m’excuse d’avance de la qualité de ce que je vais écrire, car je suis encore sous le choc, aussi mes souvenirs m’échappent au fur et à mesure que le temps s’écoule…

Nous avons commencé l’après midi avec les exercices du lent, à deux cb500f, et deux motos en 125. Un peu assommée par les médicaments pour mon épaule, je fais voler pas mal de plots en début de session, mais heureusement je finis par me rattraper au bout d’une vingtaine de minutes.. Je penchais la moto sans faire suivre mes épaules, mon regard essayait de rester loin, très loin…

La deuxième heure, on switch pour le parcours rapide, évitement à gauche. Comme pour le lent, je fais voler quelques plots en début de session, mais je finis par me rattraper. En bout de parcours, une fois le freinage terminé, je fais des ronds, encore et toujours.. mais mon regard semble ne pas trop suivre.
Mon moniteur installe alors un des piquets du lent, et plante un balais dessus, et me dit de tourner autour en fixant la brosse du balais, qui était à hauteur d’yeux.. et ça a bien marché! Me voilà donc à enchaîner : tour de rapide, tour de balais, tour de rapide, tour de balais.. mais à force de tourner autour du balais, je commence à avoir la tête qui tourne un peu .. ?

Petite pause, préparation pour la circulation. Toute motivée, j’apprend que la circulation se fera avec les deux 125 et moi. Mon moniteur me fait passer en tête et me demande de ne pas trop les semer. Je hoche la tête, démarre ma belle 04, et prend la route. Je met les gaz doucement, je me retourne : personne. Bon. Je ralentis, je les attend, et dès qu’ils me rattrapent je reprend de l’allure pour les inciter à tourner le poignet. Mais ça ne marche pas trop, et on finit par s’arrêter pour en parler avec un des 125, qui semble avoir oublié l’existence de l’accélérateur, empêchant mon moniteur et celui derrière lui de rouler…
On reprend la route, cette fois ci je suis dernière, juste devant le moniteur, avec la 125 qui se traîne difficilement devant moi.
Comme on voulait travailler le regard, on fait pas mal de ville. Un peu frustrée de ne pas rouler plus vite, je ronge mon frein et prend sur moi. …Jusqu’à ce que nous sortions d’agglo. Chouette, une route à 90 ! Je souris, je tourne ma poignée, et je me prépare à me lancer… mais c’était sans compter sur la 125 devant moi qui a décidé que non, 50km/h c’est bien aussi. Je commence à râler dans mon casque. Bouge. Bouge. Accélère. Mais bordel c’est pas possible, BOUGE TON CUUUUUUL !!! Et lui de se traîner.. la frustration monte. Je respire profondément et prend sur moi.
Le cours continue, et après avoir calé dans un rond-point, la 125, quelques km plus loin, à l’abord d’un autre rond point, va pour s’engager. Je fais mes contrôles, j’anticipe, et je me prépare à m’engager. Et c’est là que cette fameuse limace décide de freiner. Brusquement. Je n’ai pas le temps ni la place d’éviter, car on est à l’entrée du rond point et ce serait dangereux de le dépasser à cet endroit.
Je n’ai pas le temps de me préparer, et ma moto percute l’arrière de sa brele. A 30km/h, je décolle de la moto, percute le bitume et roule un peu sur la route. Je prie pour qu’une voiture ne passe pas, et par miracle il n’y en a pas. Je suis par terre, ma jambe, mon épaule, mon bras, et ma hanche gauche me brûlent, et je suis sonnée. Affalée sur le flanc gauche, à cheval sur le rond point, je ne réfléchis pas, me roule sur le côté, et ne pense qu’à une chose : redresser et protéger ma 04. Je gueule sur la 125. Pourquoi diable as tu freiné ? Il me dit qu’il a calé, que c’est la faute de la moto et du sélecteur. Je m’apprête à le déboiter, mais l’ adrénaline laisse la douleur monter.
Je prend une grande inspiration, je vérifie que 04 aille bien, je regarde mon moniteur, et je me concentre pour ne surtout pas regarder l’abruti qui vient de manquer de me tuer. Je suis verte de rage, et bonus : ma belle, qui a un rétro à l’envers, ne démarre plus.
Mon moniteur arrive à la relancer au bout de plusieurs minutes, et on fait le retour vers la moto école comme on peut, moi en me tenant la jambe, résistant à la douleur à grand renforts d’insultes à l’encontre de la 125 qui est toujours devant moi.
On arrive a la piste, il s’excuse à peine, et heureusement, le moniteur le prend à part au moment où je m’apprête à lui sortir toutes les insultes que mon casque avait gardé silencieuses sur la route.
Je ne l’ai même pas vu partir de la piste, et tant mieux.

Me voilà avec un atroce mal de crâne, à boiter, et rager. Pas de nouvelles leçons de posées, c’est peut être pas plus mal, je vais attendre de me remettre. Je suis déraisonnable, mais il y a des limites..

M’enfin, j’ai eu de meilleures sessions, je vous avoue.

Je vais noyer ma rage dans de la bière ce soir, ça va me faire du bien.

V à tous.

EDIT – 1 mois plus tard :

Des nouvelles du Loup !

Après avoir passé une semaine et demi à me reposer suite à l’incident de samedi, dont 3j d’arrêt maladie (au plus grand bonheur de mon chien), les douleurs partent enfin… je m’en sors avec des bleus, des contusions, mais rien de plus sérieux. Quelques jours à ne pas trop pouvoir marcher ou bouger le bras gauche, mais aujourd’hui tout est -presque- rentré dans l’ordre ! ?

Je n’ai pas encore repris de leçons, mais ça ne saurait tarder, je dirais même que ça me démange sévère ! .. alors préparez-vous pour la suite des Aventures permis A2 très vite…!

Un grand à tous ! ?