Aventure permis A2, épisode 15 :

Aventure permis A2, épisode 15 :

01/02/2018 0 Par Loup

 

Ces deux dernières semaines ont été très longues, et fortes en émotions.

J’ai beaucoup réfléchi à ce qu’il s’était passé la dernière fois, et je m’assurerai de ne plus jamais considérer que les autres ne vont pas faire une erreur, et ainsi me tenir prête à ce que n’importe quoi se passe, une fois en selle.
Le fait de ne pas faire de moto m’a pas mal frustrée, je dois admettre, et je me rend compte que le simple plaisir de me mettre en selle et rouler me faisait énormément de bien… ?

Heureuse donc ce soir de me diriger vers la piste.. heureuse, mais aussi un peu angoissée. J’ai peur d’avoir “perdu”, de ne plus arriver à bien faire mes demi-tour, et de recommencer à faire voler tous les plots comme au premier jour..

Malgré tout, j’arrive avec le sourire aux lèvres, car je vais rouler. Et c’est le plus important.
Petite joie en enfilant mon blouson, mon casque, et mes gants. Je regarde ma monture du jour, 08, une cb500f blanche, qui me semble plus lourde que 04. Mais une moto, c’est tout ce dont j’avais besoin, tant pis si je ne suis pas sur ma favorite ! ?

Je tourne la clef, met le contact, et m’élance pour quelques tours de chauffe sur la piste.
La belle du jour grogne en passant les vitesses, et son frein arrière est pour ainsi dire quasi-absent. Perturbée au début, je me fais vite à sa façon d’être, et profite simplement d’être là..! ?

Les motos chauffées, on se lance pour la première heure sur l’évitement. D’abord à droite, puis à gauche.
Une petite boule au ventre, je mets les gaz, slalome en penchant au maximum (le manque des deux dernières semaines…), fais mon demi-tour, et relance la bête, droit vers les plots d’évitement.
Le temps ralenti, je regarde le ciel légèrement nuageux, mais tacheté d’étoiles timides qui semblent observer silencieusement la piste. Et sans que je ne fasse quoi que ce soit, mes épaules se détendent, mes genoux entourent le réservoir, et je pousse mon guidon. La moto s’incline, mon bassin suit, et le haut de mon corps reste bien droit, mais souple. Je freine en toute maîtrise et termine dans la zone d’arrêt en douceur. Ouah. Je suis bluffée de ce qui vient de se passer : ça me paraît tellement plus naturel qu’il y a deux semaines… ?
Sereine, j’enchaîne les évitement d’un côté et de l’autre, et même s’il y a quelques ratés, je me retrouve dans un état de zenitude totale… Après tout ce temps, ça me fait un bien fou.
Deux semaines de tensions, qui s’envolent. Merci la moto !! ?

Vient la deuxième heure, et elle est consacrée au parcours du lent, version examen.
Même si je touche peu de plots au début, je sens que ce ne sera pas la même partie de plaisir qu’avec le rapide. Je suis bien plus crispée, et la moto ne me le pardonne pas… Des plots volent, se font écraser et pleurent sur le bitume.. si si, je vous jure ! ?
Je m’efforce de garder mon sale caractère dans un coin, et je continue de m’exercer, jusqu’au plot de trop. A ce moment là, énervée, à la sortie des portes au lieu de faire le demi-tour, je met les gaz, monte en troisième, fait un demi-tour en bout de piste, deux cercles à l’endroit du demi-tour du lent, et reprend la suite l’air de rien. Ah, ça soulage ! ?
La session se terminera sur une exécution du parcours lent pas trop massacrée, mais loin d’être parfaite.

Y’a encore du boulot, hein…. Mais bon, je suis contente dans l’ensemble !! ?

V à tous, on se retrouve samedi pour une petite session piste de deux heures ! ?