Aventure permis A2, épisode 8 :

Aventure permis A2, épisode 8 :

09/12/2017 0 Par Loup

(Avouez, ça vous a manqué ! ? )

Après un siècle.. euh non.. une semaine et demi, pardon, sans rouler, me voici de retour à la moto-école ! J’ai comme l’impression de partir en vacances, j’affiche un sourire indécrochable (c’est pas français ? Ah.. pas grave!), et droguée à la motivation, je ne peux m’empêcher de frémir quand j’entends le salutaire “allez, en selle !” . Oui, ça y est, enfin, je remonte à moto, ouuiii !! ??

Et c’est donc parti pour 4h de cours, moitié plateau, moitié circulation !

Cette fois ci, ce n’est pas le moniteur habituel, et il nous installe un parcours qui semble être le lent d’examen.. le stress monte. Je me dis que je vais encore tout renverser, tomber, faire trois tonneau et un coma. Non je n’exagère pas ! .. bon, peut être. Mais à peine hein ! ?

Je me lance. Allez. Je PEUX le faire. Et… j’y arrive. Genre, ça passe. Pour de vrai ! Bon, le moniteur nous explique que c’est pas vraiment celui de l’examen, qu’on a pas de vitesse imposée, qu’il faut donner du rythme.. Donc pas vraiment le lent. MAIS BON SANG, J’Y ARRIVE ! Et là, je ne me sens plus toucher le sol, la moto et moi flottons sur un petit nuage de bonheur… !

Quelques tours de piste derrière le moniteur, afin qu’il me montre bien comment pencher sans avoir peur, et j’ai même droit à un “tu fermes les yeux, et tu écoutes la moto”. Fermer les yeux ? Pas. De. Problème. EASY. En SDS j’ai fait un trajet d’une heure en aveugle à cause d’un casque pas du tout anti-buée.. donc là, no stress, je ferme les yeux, je fais confiance, et j’écoute..
On fait donc le parcours, et là, il me lâche un magnifique “Mais tu te tiens super bien en passagère dis donc!” .. bon, là ma confiance en moi, qui était déjà bien gonflée avec l’exercice d’avant, explose, du coup, je lâche un superbe “mouais.. il paraiiit ?” avec un gros sourire. Mes chevilles ? Elles vont bien, merci. Huhu.
La séance de plateau se termine avec un exercice du genre parcours rapide : traverser la piste en troisième et slalom, retour à 50/55/60 avec freinage intense sur deux distances différentes. Et là, j’ai peut être… PEUT ÊTRE, un peu mordu la ligne en m’arrêtant… Mais ça compte pas, ok? ?

Petite pause de 5minutes, on enfile le gilet, on installe la radio, on fait tourner les motos, et direction la route. “Loup, tu passe devant!”……. habituellement je me serais inquiétée, mais aujourd’hui, dans ma tête, je suis une pro. Une battante. Mieux : une GUERRIERE DU BITUME. Asphalte, gravier, branches, me voilà, vous ne me faites pas peur ! ? Et je met les gaz. Un peu. Beaucoup. Passionnément. A la folie. …. mais où sont les autres ? Ah.. y’a des trucs dans mon rétro, des petites tâches lumineuses, des.. ah, mes collègues. Oups! ?
Un peu de frein, on rétrograde, on attend les copains, et on repart. Ça tourne, ça vire, c’est le pied. Je me surprend à lâcher un cri de joie et à chanter dans mon casque. Ok, aujourd’hui, c’est le moment où je me rend compte que je ne pourrais plus jamais passer plus d’une semaine ou deux sans conduire une de ces belles dames mécaniques. Plus jamais. Mon coeur fait “moto, moto, moto..” . Je suis accro. Je veux plus. Encore. Toujours.

Mais il faut rentrer, et ce n’est que parce que je sais que je recommence dans quelques jours que j’accepte de laisser 04, ma cb500 du jour..

Je vous ai pris une photo de la belle (et de mon casque) ?

Bonus : Le brassard NM a fait parler à l’école, j’en ai profité pour faire de la pub, et j’ai collectionné les V sur la route.

Une belle journée. Et pardon, mais je dirais même : une putain de belle journée ! ?

V à tous, à très vite