Cévennes, jour 1 : C’te veine !

Cévennes, jour 1 : C’te veine !

12/08/2018 0 Par Loup

La nuit de samedi à dimanche fut courte, très courte. Non pas pour cause de réveil mis à des heures indécentes, ou encore de grosse soirée la veille… Nan, c’était une de ces nuits qui avaient décidé qu’elles ne seraient pas de service très longtemps, 4 ou 5h, tout au plus…

Je me suis donc levée, comme je le fais ce matin pour vous écrire (oui, nouvelle insomnie…), afin d’aller chercher des viennoiseries pour le petit déjeuner ( CHOCOLATINES, pains aux raisins..), et d’être bien rassasiés avant de partir !

Nous prenons ainsi la route après nous être littéralement fait exploser le ventre, vers 09h20…
Et pour la première fois, je pars en tête, avec mon petit roadbook papier glissé dans ma sacoche… 😎

Le début du voyage se déroule sans accrocs, un peu long sans doutes, car notre Gironde est quand même plutôt plate, et droite…
Mais le tracé du trajet ne passe pour ainsi dire que par des routes départementales, et cela nous permet jusqu’à Issigeac de rouler au milieu des vignes, et des champs de tournesols .. 💕
Et à Issigeac justement, nous tombons sur un énorme bouchon, les environs du village sont bouchés, pleins de voitures et de touristes… à un tel point que nous préférons éviter l’interfile, et rester sagement à attendre..! 😅

Une fois sortis de là, nous irons à Monflanquin, où je penserai enfin à déclencher mon application Relive.. quelle tête en l’air cette Loup… 😅😂

On reprend la route, et alors que nous étions en chemin pour Cahors, au détour d’une série de virages… Je sens une pointe dans mon bras gauche, je le secoue, et c’est lorsque j’en sens une deuxième que je deviens certaine de ce qu’il se passe : j’ai un passager clandestin. 😐

Je préviens ma moitié dans l’intercom, et il passe en tête rapidement, à la recherche d’un endroit dégagé pour s’arrêter….
Une fois posés, on aperçoit le coupable s’enfuir, sans possibilité de le punir….
Mais nous l’avons reconnu à son uniforme : je vous annonce donc que j’ai eu la joie, le plaisir, l’honneur dirais-je, de faire voyager une GUEPE dans ma manche gauche, guêpe qui de son côté a eu la générosité de me piquer deux fois en remerciement…. 😐 ..Aïe !
Le temps de respirer deux minutes, que mon homme fasse l’homme-médecine avec une cigarette, et nous voilà repartis vers Cahors !
Sur place, nous décidons de tracer jusqu’à Villefranche-de-Rouergue, (qui était notre base pendant le roadtrip de Mai), pour manger un morceau… Il est 15h, et il commence à faire faim…

Un McDo à Villefranche-de-Rouergue nous fait signe du panneau, et faibles de volonté, nous nous y engouffrons.

Pendant que les burgers, frites et autres se font déguster avec un barbarisme joyeux, un crayon décide qu’il est peut être temps de revoir la fin de l’itinéraire…. En effet, nous avions prévu de nous baser à Millau, mais un imprévu de type “logement” nous a poussé à nous tourner vers une autre ville, plus au Nord…

Une fois le roadbook mis à jour dans le temple du gras, nous suivons son nouvel itinéraire, vers Rodez. Les routes sont belles, bien que gravillonnées, et tournent de plus en plus… Ça sent enfin les vacances !!

OU PAS !

Car c’était sans compter un bouchon, créé par l’enorme accident d’une caravane au détour d’un virage sur la N88, près de notre destination… ( article Ladepeche.fr : https://www.ladepeche.fr/…/2850678-nouvel-accident-mortel-s… )
L’accident se produit probablement 5/10min avant notre arrivée, et nous y apercevons les pompiers ainsi que les gendarmes…. (pas pris de photo, question de décence…)
Personne ne semble comprendre la situation, et nous décidons avec mon homme de nous garer sur une aire juste à côté, le temps d’évaluer le nouvel itinéraire…
Pendant ce temps, les voitures s’accumulent, les gens râlent, pestent, et dans leur panurgisme se mettent presque en danger lors de leurs demi-tours..

A l’arrivée d’un hélicoptère, mon homme et moi nous regardons, et alors qu’il prend son super Wiko GPS couteau suisse multi-fonction (ce téléphone ne fonctionne jamais, sauf dans les cas d’urgence… c’est assez fabuleux à voir 😂) pour trouver un itinéraire à partager aux autres gens bloqués, j’entreprend d’aller faire la circulation…. NORMAL. TOUT VA BIEN.

Elle a bon dos la timide, tiens… Mais me voilà donc, en plein soleil, sur le bord de la route, campée sur mon assurance, à faire signe à tous que la route est bloquée, et qu’ils doivent faire demi-tour…

Je ferais ça pendant ce qu’il me semble être une bonne vingtaine de minutes peut être, et les réactions que j’ai pu voir chez les gens seront parfois choquantes. Il y avait de tout :
– ceux qui sont sages et partent en me remerciant 😎
– ceux qui proposent leur aide pour les soins 💕
– ceux qui me prennent pour un GPS, auxquels je repondais “Ah nan mais je viens de Bordeaux à moto, j’ai posé ma bécane et essaye d’aider mais je ne suis pas d’ici..” .
– ceux qui ne me croient pas et vont jusqu’au lieu de l’accident vérifier eux-même que je ne dis pas ca pour le plaisir… Et que je recroise au retour 😑
Et mes préférés :
– les “mais vous ne vous rendez pas compte, j’ai roulé 4h depuis Bordeaux, je fais comment MOI maintenant !” …MOI AUSSI, Madame, je dirais même 5h, et pourtant tu vois je pense pas qu’à mon petit monde, parce qu’il y a des vrais gens gravement blessés là, c’est pas juste carnaval .. donc tu prend ta voiture, et tu suis les autres. Et POSE CE TELEPHONE, tu conduis, MERDE ! 😡

Pendant ce temps, ma moitié partageait l’itinéraire secondaire qu’il avait trouvé, et nous décidons une fois la circulation bien régulée ( 😎 ) de nous remettre en route… par le chemin qu’il avait indiqué à tous.
Ce petit chemin, composé de terre, de poussière, de gros cailloux et d’herbe fraîche, me fera serrer les dents et les fesses comme rarement… des trous et des bosses et un manque total de visibilité nous ont permis de bien nous faire peur… Mais nous avons finalement réussi à retrouver la N88 !

Le temps de faire un plein, et nous arrivons à destination vers 18h30, fatigués. Le temps d’une menthe, et d’un diabolo grenadine (des boissons d’adultes, oui oui…), nous regardons sur maps les restaurants alentours, et après avoir vu les avis sur celui de l’hôtel, nous préférons fuir, pour aller au Point Sublime. 😊

En rentrant, un arrêt à Les Vignes, dans un petit resto sympa, au serveur surbooké mais très cordial !

Le retour à l’hôtel, de nuit, se fait en hâte car un orage tonait au loin… Ma Noireaude, je l’aime, beaucoup. Mais la nuit… elle éclaire aussi mal qu’une pelle. C’est la boule au ventre que je roule à la vitesse fabuleuse de 50km/h, terrorisée par la moindre ombre…

Arrivés, la chambre est petite, la douche minuscule, et les couvertures ont 50ans… La fenêtre est accompagnée d’un panneaux parlant des mouches..

Je hausse un sourcil, prend mon somnifère, et tombe dans les bras de Morphée.

– – –

A propos de ce premier vrai roadbook :
> J’en suis contente, il sera plutôt bien respecté, à part un écart de ma part en lisant mal un panneau… Et un changement de dernière minute quand à la situation de notre logement du soir… réécrit au coin d’une table, mais pas moins fiable 😂 .. De plus, le soir, nous sommes arrivés bien plus tôt que prévu, et toujours sans nous perdre…